Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le cinquième soleil ... c'est pour quand ? des chansons engagées pour la lutte ...
  • Le cinquième soleil ... c'est pour quand ? des chansons engagées pour la lutte ...
  • : L'alternance en 2012 : ratée pour le moment !! Et si une vraie alternance pouvait encore se construire sur les bases d'un nouveau monde? on peut rêver et lutter un peu pour ça, non? Des chansons engagées d'hier et d'aujourd'hui, des billets d'humeur peut être, des liens à consulter ... Ici pas de blabla mais du son! N'hésitez pas à me laisser vos propositions de titres et d'artistes!
  • Contact

Des chansons engagées ...

 

Des chansons engagées !

Un petit voyage dans l'univers des chansons dites engagées, des chansons d'hier et d'aujourd'hui, de tous les styles.

Des témoignages, des cris du coeur, des messages ...

Je ne suis pas forcément d'accord avec tout les textes évoqués ici mais il existe des milliers de blogs pour débattre sur des idées, j'espère juste qu'un jour quelqu'un passera ici et découvrira un auteur, un texte, et que sa vision des choses en sera un peu changée! Parce que les chansons sans être un art changent parfois une vie, font couler une larme, ou provoquent une émotion... et nous accompagnent lors de nos luttes ! 


Pour en savoir un peu plus sur l'esprit de ce blog, je vous invite à écouter ces deux textes de Keny Arkana (le cinquième soleil : et si tout était encore possible pour 2012 ... Keny Arkana, cinquième soleil  et la rage : Keny Arkana : La rage )

Bonnes luttes à vous et bon voyage dans ce blog!


Vous pouvez me retrouver sous facebook au profil suivant :


link

Recherche

20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 23:29

Une petite découverte comme je les aime !

 

Du slam de très bonne qualité, avec un accompagnement mélangeant les tendances jazzy et rock. Des textes bien comme il faut aussi, ciselés à souhait !

 

"Rues et rumeurs" : la rue et ses humeurs ... manifs ... révolution (citoyenne).

 

L'album "La corde ou le pavé" (2009) est téléchargeable (gratuitement)  et écoutable sur le lien suivant : link  (n'hésitez pas !)

 

Le blog du groupe "Le milieu" : link  (pour découvrir leur coté militant et leurs multiples talents !)

 

Le son : (Rues et rumeurs)

 

Une mise en image avec paroles :

 

 

 

 

Paroles :

 

La rue vit, la rue parle, la rue meurt,
la rue écrit sur les murs ses humeurs,
la rue crie ou murmure cette rumeur.

Parfois, la rue prie, la rue se perd, la rue a peur,
quand le peuple se rue sur les idées mortes de médias menteurs.
Alors les murs se heurtent aux bulldozers de la pensée
et la rue se fracasse le crâne contre ces portes fermées.
Elle se fait bélier pour avancer tête haute, ventres à terre.
C’est ici Belzébuth pour les autres, endimanchés cerbères,
dandys dédaignant cette plèbe qui plaide non coupable,
dans d’endiablées farandoles, carmagnoles caraquègnes.

Saignent ces veines gonflées d’espoir
jusque dans les caniveaux, oubliettes de l’Histoire,
arrosant d’une dignité vaine l’aube du Grand Soir,
avec pour unique soleil, un réverbère au zénith,
éclairant le chemin de ces libertophiles fanatiques.

Penseurs ou illuminés, ces éternels marcheurs se font allumer,
dans un noir total, une nuit totalitaire.
Ils périssent alors en leurs demeures,
châteaux de carton, palais d’asphalte et de béton,
érigés à la sueur de leur sang, de leur front,
à la puanteur rance de ceux de leur rang,
partageant la même couche, le même suaire.

La rue a parlé, la rue a vécu, la rue a fait front.
Aujourd’hui vaincue, foudroyée,
demain triomphante, relevant les affronts,
la rue était prise mais la rue a péri, éprise de liberté !

La rue vit, la rue parle, la rue meurt,
La rue crie ou murmure cette rumeur…

La calle vive, la calle habla
aqui calle muerte, aqua calle amor,
la calle escribe en la pared su humor
la calle siempre murmurarà este rumor.

Puente llaguno, teatro del horror
cuando llego el rostro del odio
el olor del azufre y del sufrimiento
de un pueblo petrificado en estatua de plomo.

La mano del imperio golpeando el pueblo
en el puente Llaguno
deviene cementerio
este jueves muy negro.

Negro negrito este escenario suscio
de un guion gringo muy conocido.
Pero la vida no es un espectaculo
y no necesitamos tal escenografo !

Ahora, basta el temor !
En los ojos del pueblo desaparecio el terror.
Ahora, basta el terror !
En los ojos del pueblo desaparecio el temor.
Ahora calle vive, calle habla, calle muerte, calle amor,
la calle siempre murmurarà este rumor !

 

 

 

 

 

 

Repost 0
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 10:44

Un mélange de rap, de slam et de consonances jazzy ... un mélange étonnant et parfois détonnant. A découvrir absolument, de très beaux textes !

 

"Alien" extrait de leur premier album sorti en 2010 (à découvrir intégralement sous deezer : link )

 

Pour découvrir le groupe, leur site officiel : link

 

Le clip officiel :

 

Paroles :

 

Parce qu’ils veulent faire de moi un soldat au compte chèque solvable
Je vous le dis, je suis condamné à l’échec
Parce que le monde qu’ils nous proposent m’indispose
Je le répète, je suis condamné à l’échec
Parce que les études de lettres et philo, ça paye pas
Ils m’ont dit : « Petit mec, condamné à l’Éssec ! »
Condamné ! Faut accepter les « lois du marché »
C’est « marche ou crève » quand les diplômes deviennent les flèches de l’archer
Si réussir c’est un salaire, un pavillon sous hypothèque
Permettez-moi d’être condamné à l’échec
Ils disent que les jeunes du ghetto veulent leur part du gâteau
Incitent à se lever tôt, mais c’est quoi ce veto ?
Cette injonction à être cool, rentrer dans le moule
Enlever sa cagoule, enfiler ses pantoufles
S’asseoir dans son canapé, allumer sa télé
Puis mater, lobotomisé, leurs clips « sacemisés »
Ça, c’est miser sur notre consentement et notre consensus
Quand la révolte appelle à faire de l’oseille, c’est un terminus
On ne pourra pas nous exhorter d’aduler le Medef
Au Canal Saint-Martin, y a des anciens cadres SDF
Voilà l’envers du décor, ce système est à refaire
L’humain n’est rien, les trophées ne reviennent qu’au profit
Alors, bien sûr, faut se prendre en main ! Évidement
Ne rien attendre de ce système qui te considère comme un chien
Qui te fait rapporter l’bâton sous forme d’un maximum de lucre
Sil est bien docile, le toutou, il aura son su-sucre
Mais je ne suis ni une carte de visite, ni un CV
Pas de métier valorisant, j’suis qu’intérim et CDD
Avant, j’aimais vos ballades, maintenant, elles me narguent
Elles me font constater que je n’ai pas de cordes à l’arc
Car je ne sais pas chanter, pas rapper, pas slamer, pas scénariser
Pas designer, moi je passe pas à la télé !
Laissez-moi être fatigué, être inadapté
Laissez-moi être un problème pour ceux qui veulent me soumettre
Me soumettre à devenir complice
Me soumettre à devenir servile
« Je veux pas brûler des voitures, je veux en construire et puis en vendre »
« Je veux pas brûler des voitures, je veux en construire et puis en vendre »
« Je veux pas brûler des voitures, je veux en construire et puis en vendre »
« Je veux pas brûler des voitures, je veux en construire et puis en vendre »
Mais les voitures ne sont que des bibelots de notre consommation
Qui ne méritent aucun égard dans la révolte de nos chansons !

Je ne suis pas déçu, en ce système j’ai jamais espéré
Pour nos parents tombés dans le panneau, je ne peux être que navré
Où est mon HH rebelle qui fumait du hasch ?
Maintenant le rap prend les allures d’un sermon de DRH
Il nous encourage à faire carrière et gagner des sous
De boire toutes ces conneries fait mal au crâne, vite faut qu’on dessoûle
Sans déclarer la guerre, il a vaincu nos rhétoriques
Le capital est dans nos têtes et nous fait l’amour torride
Leur système à la con nous prépare à la compète !
Ils vous parlent de réussite, je vous parle de conquête
Je n’accepterai jamais les règles qu’ils ont fabriquées
Je n’accepte que les rêves que mon cœur veut abriter.

 

Repost 0
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 17:12

Au hasard de me pérégrinations sur le net, je suis tombé sur ce titre des "Bruit qui court" : Les gens biens.

Une critique de la loi sur la prévention de la délinquance de 2007.

Attention à la délation, attention aux fichiers ... résistez!





"L’oppression ne se cache plus

Et tant mieux si on enferme, si on exclut

Ils sont des millions à rêver de barbelés

A soutenir l’Etat qui assassine pour leur sécurité

La France rêve de prisons

Et pour ses enfants des maisons de correction

Un fichage organisé

Tenu par les gens biens qui n’ont rien à cacher

Tenu par les gens biens qui n’ont rien à cacher

L’oppression aujourd’hui c’est leur loi

Qui organise les expulsions dans le silence des médias

Nous sommes trop peu de résistants

Alors que le fascisme est ici

Le fascisme c’est maintenant

Les gens biens fichent les étrangers

Ils fichent les malades

Ils fichent les syndiqués

Ils fichent les homos

Ils fichent les communistes

Aujourd’hui un mec qui lutte, pour eux c’est un terroriste

Aujourd’hui un mec qui lutte, pour eux c’est un terroriste

L’oppression aujourd’hui c’est leur  loi

Qui organise les expulsions dans le silence des médias

Nous sommes trop peu de résistants

Alors que le fascisme est ici

Le fascisme c’est maintenant

Les gens biens fichent les étrangers

Ils fichent les malades

Ils fichent les syndiqués

Ils fichent les homos

Ils fichent les communistes

Aujourd’hui un mec qui lutte, pour eux c’est un terroriste

Aujourd’hui un mec qui lutte, pour eux c’est un terroriste"

Repost 0

Catégories