Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le cinquième soleil ... c'est pour quand ? des chansons engagées pour la lutte ...
  • Le cinquième soleil ... c'est pour quand ? des chansons engagées pour la lutte ...
  • : L'alternance en 2012 : ratée pour le moment !! Et si une vraie alternance pouvait encore se construire sur les bases d'un nouveau monde? on peut rêver et lutter un peu pour ça, non? Des chansons engagées d'hier et d'aujourd'hui, des billets d'humeur peut être, des liens à consulter ... Ici pas de blabla mais du son! N'hésitez pas à me laisser vos propositions de titres et d'artistes!
  • Contact

Des chansons engagées ...

 

Des chansons engagées !

Un petit voyage dans l'univers des chansons dites engagées, des chansons d'hier et d'aujourd'hui, de tous les styles.

Des témoignages, des cris du coeur, des messages ...

Je ne suis pas forcément d'accord avec tout les textes évoqués ici mais il existe des milliers de blogs pour débattre sur des idées, j'espère juste qu'un jour quelqu'un passera ici et découvrira un auteur, un texte, et que sa vision des choses en sera un peu changée! Parce que les chansons sans être un art changent parfois une vie, font couler une larme, ou provoquent une émotion... et nous accompagnent lors de nos luttes ! 


Pour en savoir un peu plus sur l'esprit de ce blog, je vous invite à écouter ces deux textes de Keny Arkana (le cinquième soleil : et si tout était encore possible pour 2012 ... Keny Arkana, cinquième soleil  et la rage : Keny Arkana : La rage )

Bonnes luttes à vous et bon voyage dans ce blog!


Vous pouvez me retrouver sous facebook au profil suivant :


link

Recherche

25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 18:03

Un petit tout par le Québec à la rencontre des Cowboys fringants!

 

Un premier extrait "La manifestation" (album "Break syndical" 2002), un regard désabusé, amusé et amusant d'une manifestation ... On a tous un peu vécu ça je crois!

 

 

Sont arrivés en West Falia
En criant "S.O.S Gaïa"
Accoutrés comme des hippies
Avec les yeux rougis

Ch'veux longs et surplus d'armée
En bédaine et jouant du tam-tam
On se s'rait cru trente ans passés
Pendant la guerre du Viet-Nam

Il y avait tous les clichés
De l'époque des granolas
Des chemises en macramé
Aux filles poilues en d'sous des bras

V'nant en grande majorité
Du cégep du Vieux-Montréal
Tous là pour manifester
Contre les multinationales

Et la mince foule grelottait
En ce froid jeudi de printemps
Et aux étudiants qui foxaient
S'ajoutant quecq' passants

Des marxistes-léninistes
Des militants pour le pot
Et une couple d'écologistes
Ont investi le spot

On écoutait l'vieux cinglé
Qui se prenait pour Castro
Avec son képi d'officier
Et son couteau de Rambo

Mais on a vite constaté
Qu'il lui manquait un bardeau
Quand il nous a proposé
De faire un concours de limbo

À la manifestation!
On rêvait d'révolution
Se g'lant l'cul avec une poignée de comparses
Sous la pluie froide du mois de mars...

Su'l boulevard René-Lévesque
Y'ont envoyé l'anti-émeute
Et des policiers sur leurs bikes
Pour contrôler la meute

Ça s'déroulait pacifiquement
Sans trop écorcher le système
Et on scandait des beaux slogans
Contre les O.G.M.

Quand soudain sont débarqués
Des types un peu extrêmistes
Suits de ninja et cagoulés
Se proclamant activistes

Comme des p'tits Che Guevara
Y'ont "pitché" deux trois pétards
Les "boeufs" sont rentrés dans l'tas
Pis j'te jure qu'y ont pas veillé tard...

À la manifestation!
On rêvait d'révolution
Se g'lant l'cul avec une poignée de comparses
Sous la pluie froide du mois de mars...

Mais là ça a dégénéré
Car en guise de protestation
Les beatniks se sont déshabillés
Pour faire un danse-O-thon

Les policiers en beau fusil
Ont sorti menottes et matraques
Et ont tapoché les hippies
À grands coups de jarnac

Pendant qu'les écologistes
Pleuraient devant tant de sévices
En implorant Jésus le Christ
De stopper l'injustice

On entendait les chiens japper
À travers le bruit des sirènes
Ben étouffé par la fumée
Des gaz lacrymogènes

Au même moment la gang de peaces
Qui dansait à poil sous la pluie
Faisait comme un remake de Grease
En version hilbilly

Mais quand le ciel s'est déchainé
Y s'est mis a tomber des clous
Tous ont pris leurs jambes à leurs cous
Et ce fut terminé

Faque on est rentrés déçus
Tout mouillés et abattus
En croisant les écolos
Dans le portique d'un McDo

J'en suis v'nu à' conclusion
Que ça va prendre ben du soleil
Sinon c'est pas d'main la veille
Qu'on va faire la révolution

À la manifestation!
C'est vrai qu'on a rien changé
On a causé un bouchon d'circulation
Ça fait toujours ben ça d'gagné...

 

 




Repost 0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 16:37

Extrait comme "La colmena" (lien :  La colmena (la ruche) - Ska-P - Paroles traduites et son    ) de l'album "Lagrimas et gozos" (2008).

 

"A tous les déchus, aux détenus, à ceux qui résistent debout.
A tous mes frères qui ne se sont jamais tus, qui ne se sont jamais laissé vaincre.
Ceux qui ont été humiliés, à ceux qui ont frappé les forces de sécurité,
Ceux qui ont toujours su qu'il y a un chat enfermé dans ce système global.
 
Vandale, ils te font appeler vandale, danger social, vandal,
Rebelle insurgé, préparé pour la bataille.
 
A ceux qui y laissent leur peau, à ceux qui jamais n'ont pu comprendre
Comment tout le pouvoir a pu tombé dans la toile de la convoitise.
Aux insurgés qui, à contre courant, exigent la justice sociale
Et je me fous d'où ils sont, il n'y a pas de distance, il n'y a pas de frontières.
Rien ne peut arrêter une conscience ferme.
 
Ça arrivera, ça arrivera, ça arrivera, la balance s'équilibrera.
Ça arrivera, ça arrivera, ça arrivera.
Ah, Ah, Ah, le bercail est notre échafaud.
Alarme, le néolibéralisme c'est la faim, la mort et le terrorisme.
Alarme, néolibéralisme prépare-toi.
 
Pour les opprimés, les défavorisés, à ceux qu'on laisse mourir.
Leurs ventres gonflés, la mort sur leurs visages pour un intérêt commercial.
Et maintenant tu dois méditer. Qui est le vandale en réalité ?
Terrorisme d'état, opulent et armé, décide qui doit vivre."

 

Repost 0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 16:29

Un extrait de l'album "El vals del obrero" (1997).

 

EL VALS DEL OBRERO (LA VALLÉE DE L'OUVRIER) 

 

"Fier d’appartenir au prolétariat
C’est difficile d’arriver à la fin du mois
Et devoir suer et suer encore
Pour gagner notre pain
Ma place est ici, ces gens sont les miens
Nous sommes ouvriers, la classe préférentielle
C’est pour ça, frère prolétarien, avec orgueil
Je chante pour toi cette chanson, nous sommes la révolution
OUI MONSIEUR ! La révolution
OUI MONSIEUR, OUI MONSIEUR ! ! nous sommes la révolution
Ton ennemi est le patron
OUI MONSIEUR, OUI MONSIEUR ! ! nous sommes la révolution
Vive la révolution ! !
J’en ai marre de supporter les sangsues
Qui volent ma dignité
Ma vie se consume en supportant cette routine
Qui me noie de plus en plus chaque jour
Heureux, le cadre
Plus d’ampoules sur mes mains
Mes reins vont exploser
Je suis complètement à sec, mais je continue à cotiser
A ton état de bien-être
RESISTANCE ! !
Ma place est ici
Dans cette démocratie il ya beaucoup de ptits malins qui s’enrichissent
En pressant notre classe sociale
Il en ont rien à branler si t’a 14 fils
Et si tu peux pas faire opérer grand mère
Nous sommes les ouvriers, la base de ce jeu
Celui qui perd toujours, toujours le même pauvre con
Un jeu auquel ils ont bien réfléchi, dans lequel ils ont bien fermé notre gueule
Et ils t’enculent si tu veux pas jouer
RESISTANCE ! ! !
DE-SO-BE-IS-SAN-CE ! ! !"

 

 

Repost 0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 15:31

Quand la réputation de notre naboléon détesté dépasse les frontières de la France. Ska-P, groupe espagnol à découvrir pour ceux qui ne connaissent pas! Extrait de l'album "Lagrimas y gozos" (2008).

 

La colmena (La ruche)

 

  Le soleil brille, tout est sous contrôle
Un nouveau jour se lève dans la ruche
Je veux que chacun se dispose à travailler
Ma parole est la doctrine la plus solide
Ils ont appris le respect, ils savent de qui ils doivent faire l'éloge
Ne parlez plus, commencez l'activité.
 
"Vous en avez assez, hein ? Vous en avez assez de cette bande de racailles ?
Bas on va vous en débarrasser"
 
Tu as oublié que nous existons et que nous sommes là
Ce même cauchemar qui t'empêche de dormir
Nous sommes la mauvaise herbe que tu as voulu éliminer
Tu as beau essayé nous réapparaitrons toujours
 
Nous sommes les peurs qui produiront ta dépression
Comme des bactéries prolifèrent dans une infection
Nous sommes la nausée, ver dans ta pomme
Tôt ou tard nous metterons fin à cette humilliation.
Ay, ay, ay, ay, humilliation !
 
Ils sont ici, je suis ici, rébellion dans la ruche
Ils vont là-bas, je vais là-bas, nous venons te chercher
Ils sont ici, je suis ici, nous sommes le fruit du système
Ils vont là-bas, je vais là-bas, nous venons te chercher
 
Oui, je suis le feu de la justice
Oui, nous sommes le feu de la justice
 
Dans les cités on respire la révolution
La rébellion est générée par la situation
D'un système qui protège ceux qui ont le plus
Nous ne sommes pas des marionettes que tu peux manipuler
 
Ce sont les ouvriers, les immigrés et les chômeurs
Ceux qui subissent le mépris de ce putain d'état
Qu'ils crèvent d'Orient jusqu'en Occident
Les dirigeants dictateurs démocratisés
Ay, ay, ay, ay, démocratisés !
 
Oui, je suis la racaille de cette patrie
Oui, on l'attend le karcher de Sarkozy
 
Oui, je suis le feu de la justice
Oui, nous sommes le feu de la justice
 
Le soleil brille, tout est hors de contrôle
C'est le feu qui illumine ta ruche

 

 

Repost 0

Catégories