Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le cinquième soleil ... c'est pour quand ? des chansons engagées pour la lutte ...
  • Le cinquième soleil ... c'est pour quand ? des chansons engagées pour la lutte ...
  • : L'alternance en 2012 : ratée pour le moment !! Et si une vraie alternance pouvait encore se construire sur les bases d'un nouveau monde? on peut rêver et lutter un peu pour ça, non? Des chansons engagées d'hier et d'aujourd'hui, des billets d'humeur peut être, des liens à consulter ... Ici pas de blabla mais du son! N'hésitez pas à me laisser vos propositions de titres et d'artistes!
  • Contact

Des chansons engagées ...

 

Des chansons engagées !

Un petit voyage dans l'univers des chansons dites engagées, des chansons d'hier et d'aujourd'hui, de tous les styles.

Des témoignages, des cris du coeur, des messages ...

Je ne suis pas forcément d'accord avec tout les textes évoqués ici mais il existe des milliers de blogs pour débattre sur des idées, j'espère juste qu'un jour quelqu'un passera ici et découvrira un auteur, un texte, et que sa vision des choses en sera un peu changée! Parce que les chansons sans être un art changent parfois une vie, font couler une larme, ou provoquent une émotion... et nous accompagnent lors de nos luttes ! 


Pour en savoir un peu plus sur l'esprit de ce blog, je vous invite à écouter ces deux textes de Keny Arkana (le cinquième soleil : et si tout était encore possible pour 2012 ... Keny Arkana, cinquième soleil  et la rage : Keny Arkana : La rage )

Bonnes luttes à vous et bon voyage dans ce blog!


Vous pouvez me retrouver sous facebook au profil suivant :


link

Recherche

23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 10:10

J'avoue ne pas tout comprendre sur la situation politique de la Côte d'Ivoire, mais les lecteurs assidus de ce blog connaissent ma très grande sympathie pour Tiken Jah Fakolyn, Ivoirien exilé volontaire au Mali, rappelle l'essentiel : un message de paix et d'unité!

 

 

Paroles :

Politique, la politique
t’as gâté mon pays
la Côte d' Ivoire mon beau pays
pays d'hospitalité
pays de fraternité
mais les politiciens ont décidé
de te transformer

Ma Côte d' Ivoire
je ne veux plus te voir en larmes
ma Côte d' Ivoire
je ne veux plus te voir prendre les armes

J' ai en mémoire 2 frères sous le même toit
l'un venait du nord
et portait le croissant des hommes qui chantent
Bissimilah
je me rappelle l' autre portait autour du cou
une croix de Yamoussoukro
ils s'en allaient pour travailler la terre
sans partage égal c'est la guerre
et puis les 2 frères
chacun de leur côté
l'un cultivant sa différence
et l’autre l'ivoirité

Toute famille divisée
ne pourra jamais prospérer
alors frères et sœurs
notre avenir se trouve dans l'unité
tout reste à faire sur notre continent en jachère
il attend d'être travaillé
et c'est sur qu' il va beaucoup donner
il est temps pour nous de nous unir
sinon nous allons tous périr

Ma Côte d' Ivoire
je ne veux plus te voir en larmes
ma Côte d' Ivoire
je ne veux plus te voir prendre les armes

 

 

Le son extrait de l'album "L'Africain" (2007) :

 

 

Repost 0
Published by francisco65 - dans Tiken Jah Fakoly
commenter cet article
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 10:44

Un mélange de rap, de slam et de consonances jazzy ... un mélange étonnant et parfois détonnant. A découvrir absolument, de très beaux textes !

 

"Alien" extrait de leur premier album sorti en 2010 (à découvrir intégralement sous deezer : link )

 

Pour découvrir le groupe, leur site officiel : link

 

Le clip officiel :

 

Paroles :

 

Parce qu’ils veulent faire de moi un soldat au compte chèque solvable
Je vous le dis, je suis condamné à l’échec
Parce que le monde qu’ils nous proposent m’indispose
Je le répète, je suis condamné à l’échec
Parce que les études de lettres et philo, ça paye pas
Ils m’ont dit : « Petit mec, condamné à l’Éssec ! »
Condamné ! Faut accepter les « lois du marché »
C’est « marche ou crève » quand les diplômes deviennent les flèches de l’archer
Si réussir c’est un salaire, un pavillon sous hypothèque
Permettez-moi d’être condamné à l’échec
Ils disent que les jeunes du ghetto veulent leur part du gâteau
Incitent à se lever tôt, mais c’est quoi ce veto ?
Cette injonction à être cool, rentrer dans le moule
Enlever sa cagoule, enfiler ses pantoufles
S’asseoir dans son canapé, allumer sa télé
Puis mater, lobotomisé, leurs clips « sacemisés »
Ça, c’est miser sur notre consentement et notre consensus
Quand la révolte appelle à faire de l’oseille, c’est un terminus
On ne pourra pas nous exhorter d’aduler le Medef
Au Canal Saint-Martin, y a des anciens cadres SDF
Voilà l’envers du décor, ce système est à refaire
L’humain n’est rien, les trophées ne reviennent qu’au profit
Alors, bien sûr, faut se prendre en main ! Évidement
Ne rien attendre de ce système qui te considère comme un chien
Qui te fait rapporter l’bâton sous forme d’un maximum de lucre
Sil est bien docile, le toutou, il aura son su-sucre
Mais je ne suis ni une carte de visite, ni un CV
Pas de métier valorisant, j’suis qu’intérim et CDD
Avant, j’aimais vos ballades, maintenant, elles me narguent
Elles me font constater que je n’ai pas de cordes à l’arc
Car je ne sais pas chanter, pas rapper, pas slamer, pas scénariser
Pas designer, moi je passe pas à la télé !
Laissez-moi être fatigué, être inadapté
Laissez-moi être un problème pour ceux qui veulent me soumettre
Me soumettre à devenir complice
Me soumettre à devenir servile
« Je veux pas brûler des voitures, je veux en construire et puis en vendre »
« Je veux pas brûler des voitures, je veux en construire et puis en vendre »
« Je veux pas brûler des voitures, je veux en construire et puis en vendre »
« Je veux pas brûler des voitures, je veux en construire et puis en vendre »
Mais les voitures ne sont que des bibelots de notre consommation
Qui ne méritent aucun égard dans la révolte de nos chansons !

Je ne suis pas déçu, en ce système j’ai jamais espéré
Pour nos parents tombés dans le panneau, je ne peux être que navré
Où est mon HH rebelle qui fumait du hasch ?
Maintenant le rap prend les allures d’un sermon de DRH
Il nous encourage à faire carrière et gagner des sous
De boire toutes ces conneries fait mal au crâne, vite faut qu’on dessoûle
Sans déclarer la guerre, il a vaincu nos rhétoriques
Le capital est dans nos têtes et nous fait l’amour torride
Leur système à la con nous prépare à la compète !
Ils vous parlent de réussite, je vous parle de conquête
Je n’accepterai jamais les règles qu’ils ont fabriquées
Je n’accepte que les rêves que mon cœur veut abriter.

 

Repost 0
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 10:10

Il y a des artistes qui se révèlent sur le tard, et des artistes que je découvre en retard aussi ! Merci à Saloua de m'avoir fait découvrir Yves Jamait, comment avais-je pu passer à coté de ces émotions en l'écoutant... ? C'est un des plaisirs de ce blog, des conseils que je reçois, des découvertes ... Merci encore à vous tous de passer par ici !

 

Yves Jamait a un parcours étonnant, la musique comme passion bien sur, mais des boulots de salariés comme tant d'autres, dans divers domaine. De quoi sans doute inspirer cette chanson : Y en a qui ...(extrait de son premier album "De verre en vers" en 2003, en écoute libre sous deezer : link)

 

Son site officiel : link

 

Yves Jamait en concert "Y en a qui" :

 

Vidéo avec paroles incrustées :
Les paroles :

Le matin, quand je me réveille,
J'ai du mal à quitter Morphée
Pour aller justifier la paye
Que mon patron peut s'octroyer
Cà n'est pas vraiment que je tienne
A continuer de l'engraisser
Mais aussi petite soit la mienne (de paye)
J'en ai besoin pour bouffer
Je fais des trous dans ma ceinture
Un par jour pour mieux gérer
Le minimum que cette enflure
Se croit obligé d'me céder

Y en a qui s'ront jamais dans la merde
Y en a qu'auront jamais d'problèmes
Et ce sont souvent ceux-là même
Qui nous dirigent et qui nous gouvernent

Je le croise devant l'usine
Dans sa belle BMW
Dans sa Porsche ou bien son Alpine
Suivant ce qu'il l’a motivé
Moi je gare mon vélo
Depuis qu'ils ont décidé
Afin de relancer l'marché d'l'auto
D'interdire aux poubelles de rouler
Il a les fringues toujours impec'
Les mains propres et jamais tachées
Moi, mes paluches, je bosse avec
Et mes neurones sont élimés

Y en a qui s'ront jamais dans la merde
Y en a qu'auront jamais d'problèmes
Et ce sont souvent ceux-là même
Qui nous dirigent et qui nous gouvernent

Il a des potes en politique
Des plantes grasses à arroser
De celles qui jamais ne lui piqu'
‘eront le cœur de son chéquier
Ils ont le cumul sympathique
De maire et de député
Ils ont la morale cathodique
Et le chômage suranné
Et peu importe l'ascenseur
Qu'ils aiment à se renvoyer
Peu importe puisque l'erreur
C'est qu'on est trop dans l'escalier

Y en a qui s'ront jamais dans la merde
Y en a qu'auront jamais d'problèmes
Et ce sont souvent ceux-là même
Qui nous dirigent et qui nous gouvernent

Combien de temps encore, va-t-on se laisser faire
Combien de temps encore, sans rien faire...
Combien de temps encore, va-t-on se laisser faire
Combien de temps encore, sans rien faire...

Y en a qui s'ront jamais dans la merde
Y en a qu'auront jamais d'problèmes
Et ce sont souvent ceux-là même
Qui nous dirigent et qui nous gouvernent

Y en a qui s'ront jamais dans la merde
Y en a qu'auront jamais d'problèmes
Et ce sont souvent ceux-là même
Qui nous dirigent et qui nous gouvernent
Repost 0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 20:46

"El comunero", surnom d'un militant communiste andalou, qui a 18 ans a pris les armes pour défendre son idéal et lutter contre Franco. El comunero, grand père de Thomas Jimenez . "El comunero" est devenu un projet artistique à l'initiative de ce dernier. Projet en hommage au grand père bien entendu, mais aussi, et surtout à tous ceux qui ont eu le courage de passer des idées au combat. Reconnaissons que c'est encore d'actualité ...

 

Thoma Jimenez par l'intermédiaire de son groupe "L'air de rien" a déjà été évoqué ici :

 

La route du Rom - L'air de rien - Vidéo clip et paroles

 

Un million d'enfants - L'air de rien - Vidéo live, clip officiel et paroles

 

La vidéo expliquant le projet "El comunero" :

 

 

 

 

 

Le site du projet "El comunero" :

 

link

 

 

La vidéo d'un extrait du spectacle "A las barricadas" :

 

 

 

 

 

 

Les paroles et la traduction de "A las barricadas": 

 

A las barricadas

Negras tormentas agitan los aires,
nubes oscuras nos impiden ver ;
aunque nos espere el dolor y la muerte,
contra el enemigo nos manda el deber.

El bien más preciado es la libertad,
hay que defenderla con fe y valor.
Alta la bandera revolucionaria
que del triunfo sin cesar nos lleva en pos.
Alta la bandera revolucionaria
que del triunfo sin cesar nos lleva en pos.

En pie pueblo obrero, ¡a la batalla !
hay que derrocar a la reacción.
¡A las barricadas, a las barricadas,
por el triunfo de la Confederación !
¡A las barricadas, a las barricadas,
por el triunfo de la Confederación !

Aux barricades

L’air est agité de noires bourrasques
De lourds nuages nous brouillent la vue
Bien que nous attendent la douleur et la mort
Contre l’ennemi le devoir nous appelle

Notre bien le plus cher c’est la liberté
Il faut la défendre avec courage et foi
Brandis le drapeau révolutionnaire
Qui sans faillir nous porte vers la victoire ) bis

Debout peule ouvrier, à la bataille
Mettons à bas la réaction
Aux barricades, aux barricades
Pour le triomphe de la confédération

 

Repost 0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 15:23

Extrait de l'album "Pacific 231" sorti en septembre 2010, "Le patriote" de Raphaël est une vision désabusée des habitants de notre beau pays. Vision de ce français par Raphaël ou vision du français que nous présentent les médias? Dans mes bons jours j'ose espérer que ce n'est qu'une vision déformée de mes voisins ... parfois, comme aujourd'hui, je suis aussi désabusé et déprimé que l'auteur de ce texte ...

 

Paroles :

 

Si j’étais moins intelligent
Si j’avais pas ma carte de lâche
J’leur foutrais mon pied dans les dents
J’leur faciliterais pas la tâche

En première page des magazines
Ils sont partout dégueulants
Leurs réformes et leur grippe porcine
Le bon peuple et son président

Mais la France parfois ca m’déprime
et les français sont désolants

Tous des camés, des pédophiles
C'est ce qu'ils pensent ces pauvres tarés
Si tu rentres pas dans la file
Tu finis bien vite aux arrêts
Et dès qu'il y en a un qui tombe
Ils se ramènent tous regrettant
Ils vont tous chialer sur sa tombe
La Légion d'honneur c'est pour quand ?

Et les français sont désolants, et la France parfois ca m’déprime

Le conformisme des enfants
Qui peuvent pas aligner deux phrases
Et le courage de leur parents
Devant ce monde qui s’embrase
Les étrangers, ça va dans des camps
On va quand même pas sauver le monde
Et mes Santiago dans tes dents
C'est toujours mieux que d'te répondre
Avec mes amitiés viriles
Et c'est sûr, la France, ça me déprime

Il faut chanter la marseillaise
Et avé’ la main sur le cœur
Moi je la siffle avec les beurs
Prie pour qu’au foot on soit de la baise
L'ordre moral est bien partout
La démago de gauche à droite
J'aime mieux attendre qu'ils soient bien saouls
Avant de me battre

Et les Français sont désolants, Et le débat est captivant

Ca parle encore dans les cafés
Ca parle toujours dans les journaux
C'est toujours nous qu'on va payer
Tous des pourris, tous au poteau
Que les meilleurs partent en premier
Restent donc que les bons connards
Ca fait longtemps que je l'avais noté
Planqué derrière mes lunettes noires
J'ai comme une idée qu'il faut que j'te dise
Cette France, hé bien moi, j’la méprise

Et les chanteurs avec quota
Et la déprime de la radio
Que je la coupe même quand c’est moi
On devrait revenir au mono
Mon pote Renaud tu nous manques tant putain
Réveille toi car la France
C’est devenu salement déprimant
Depuis qu’t’es parti en vacances
Depuis qu’t’es parti en vacances

 

La vidéo avec paroles incrustées :

 

Raphaël en live :
Repost 0
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 09:52

Un extrait du dernier album d'Abd Al Malik "Chateau Rouge" sorti en novembre 2010.

 

Je sors pour une fois un peu du domaine politique dans ce blog pour un sujet universel ... celui des femmes battues. Abd Al Malik évoque ici le discours de "l'après coups". Les mots pour rattrapper les coups ... Certaines s'en sortent tout de même, mais pas toutes. Et ici la politique reprends ses droits aussi, car les structures d'acceuil et les moyens financiers pour celles qui veulent partir et qui se retrouvent sans rien ne sont pas suffisantes!

 

Paroles :

 

Il a plu des lames de rasoir
Sur mon cœur quand tu es partie
L’espoir chevillé à mon âme
Je refuse de lâcher prise

[Refrain]
Oh regarde moi ma jolie
Oh viens dans mes bras ma jolie
Oh regarde moi ma jolie
Oh ne fais pas ça oh ma jolie

Je t’achèterai un sac Gucci
Et tes amies t’envieront
Surtout celles qui t’avaient dit
Fais attention, ce mec n’a pas un rond

[Refrain]

On se parlera des heures
Quitte à en oublier mes potes
Qui diront d’un air moqueur
Cette fille là t’a mis les menottes

[Refrain]

Je te chanterai du Céline Dion
Tout ça pour que tu m’aimes encore
Je ferai de la musculation
Et bien d’autres efforts

[Refrain]

Sa jolie est assise chez sa sœur, ses valises à l’entrée du salon, et elle pleure,
De grosses lunettes noires lui cache les yeux, elle porte un t-shirt blanc et ses bras, comme le ciel, sont parsemés de bleu
Sa sœur lui dit que si elle ne le fait pas, c’est lui qui le fera porter plainte contre lui cette fois,
L’une enrage et l’autre a peur, l’une est grave et l’autre pleure,
Oh pourquoi t’es comme ça mon joli,
Oh je t’aime, je ne sais plus pourquoi, mon joli.

 

Vidéo clip officiel :

 

 

Repost 0
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 10:21

Pour finir la série "Lavilliers", un classique ... "Les mains d'or". Extrait de l'album "Arrêt sur image" (2002), une évocation de ces mains ... travailleuses ... et à qui on dit un jour : il y a plus rien à faire ... !

 

Paroles :

 

Un grand soleil noir tourne sur la vallée
Cheminées muettes - portails verrouillés
Wagons immobiles - tours abandonnées
Plus de flamme orange dans le ciel mouillé

On dirait - la nuit - de vieux châteaux forts
Bouffés par les ronces - le gel et la mort
Un grand vent glacial fait grincer les dents
Monstre de métal qui va dérivant

J'voudrais travailler encore - travailler encore
Forger l'acier rouge avec mes mains d'or
Travailler encore - travailler encore
Acier rouge et mains d'or

J'ai passé ma vie là - dans ce laminoir
Mes poumons, mon sang et mes colères noires
Horizons barrés là - les soleils très rares
Comme une tranchée rouge, saignée sur l'espoir

On dirait - le soir - des navires de guerre
Battus par les vagues - rongés par la mer
Tombés sur le flan - giflés des marées
Vaincus par l'argent - les monstres d'acier

J'voudrais travailler encore - travailler encore
Forger l'acier rouge avec mes mains d'or
Travailler encore - travailler encore
Acier rouge et mains d'or

J'peux plus exister là
J'peux plus habiter là
Je sers plus à rien - moi
Y'a plus rien à faire
Quand je fais plus rien - moi
Je coûte moins cher
Que quand je travaillais - moi
D'après les experts

J'me tuais à produire
Pour gagner des clous
C'est moi qui délire
Ou qui devient fou
J'peux plus exister là
J'peux plus habiter là
Je sers plus à rien - moi
Y'a plus rien à faire

Je voudrais travailler encore - travailler encore
Forger l'acier rouge avec mes mains d'or
Travailler encore - travailler encore
Acier rouge et mains d'or...

 

 

Vidéo live (en compagnie de Balbino Medellin) :

 

 

Le son original :
Repost 0
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 10:04

"Exilé" , de l'album "Causes perdues et musiques tropicales" (sortie le 15/11/2010), l'extrait que vous entendrez en premier sur les ondes nationales. Encore une très belle évocation de ces "exilés" repoussés parfois, par la France. Paris et le mirage d'un France terre d'acceuil ... Paris plutôt terre d'indifférence. Ou une évocation de Sangatte ... 

 

«Toi Paris ma beauté fatale / symbole de la France / je me suis fais casser, normal / par ton indifférence»

 

 

Repost 0
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 09:36

Un autre extrait du dernier album de Bernard Lavilliers "Causes perdues et musiques tropicales" (sortie le 15/11/2010).

 

"Identité Nationale" est un constat sévère mais peu contestable sur l'état de notre société :

 

   "Y'en a marre / Y'en a marre / Y'en a marre / On est tombé bien bas / bien plus bas que tu crois"

 

   "Y a des censeurs partout / mentalité de flics / ou bien de courtisans / rampant dans la Milice"

 

   "On se croirait à Vichy, chez Pétain/ là où les étrangers, les juifs, les Arméniens/ étaient placardés là sur cette affiche rouge (...)/ Ils vont dans ton passé citoyen, anonyme/ fouiller dans ton casier judiciaire, et ça rime / voir si t'es bien Français, si t'as de bons réflexes / si tu fréquentes pas des gens patibulaires, mais presque"

 

    "La nuit sur internet partage tes insomnies / Avec des anonymes et des flics des RG / Tu deviens repérable sous ton adresse IP / T'es cerné en croyant que t'es libre! le blues!"

 

 

 

 


Repost 0
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 09:27

Sortie le 15/11/2010 du dernier album de Bernard Lavilliers "Causes perdues et musiques tropicales". L'occasion de faire sur ce blog une petite série spéciale "Lavilliers".

 

Pour commencer une chanson d'après manif ... "Causes perdues".

 

"Le temps passé à chanter dans les rues, pour les causes ... perdues! "

 

Un clip sous forme de publi-reportage avec explication de texte de Bernard Lavilliers réalisé lors de l'enregistrement de ce titre avec le Spanish Harlem Orchestra est disponible avec ce lien : link

 

 

Le son :
Repost 0

Catégories