Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le cinquième soleil ... c'est pour quand ? des chansons engagées pour la lutte ...
  • Le cinquième soleil ... c'est pour quand ? des chansons engagées pour la lutte ...
  • : L'alternance en 2012 : ratée pour le moment !! Et si une vraie alternance pouvait encore se construire sur les bases d'un nouveau monde? on peut rêver et lutter un peu pour ça, non? Des chansons engagées d'hier et d'aujourd'hui, des billets d'humeur peut être, des liens à consulter ... Ici pas de blabla mais du son! N'hésitez pas à me laisser vos propositions de titres et d'artistes!
  • Contact

Des chansons engagées ...

 

Des chansons engagées !

Un petit voyage dans l'univers des chansons dites engagées, des chansons d'hier et d'aujourd'hui, de tous les styles.

Des témoignages, des cris du coeur, des messages ...

Je ne suis pas forcément d'accord avec tout les textes évoqués ici mais il existe des milliers de blogs pour débattre sur des idées, j'espère juste qu'un jour quelqu'un passera ici et découvrira un auteur, un texte, et que sa vision des choses en sera un peu changée! Parce que les chansons sans être un art changent parfois une vie, font couler une larme, ou provoquent une émotion... et nous accompagnent lors de nos luttes ! 


Pour en savoir un peu plus sur l'esprit de ce blog, je vous invite à écouter ces deux textes de Keny Arkana (le cinquième soleil : et si tout était encore possible pour 2012 ... Keny Arkana, cinquième soleil  et la rage : Keny Arkana : La rage )

Bonnes luttes à vous et bon voyage dans ce blog!


Vous pouvez me retrouver sous facebook au profil suivant :


link

Recherche

1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 19:14

Extrait du nouvel album "Par temps de rage" du groupe de rap "La Canaille". Le soulèvement aura lieu ... il a déjà lieu ailleurs en ce moment! Terriblement d'actualité en Tunisie, Egypte et Lybie ... Bientôt ailleurs?

 

A découvrir absolument !

 

Leur espace musical : link

 

"Ecoutez le requiem des ventres creux ..."

 

"Le soulèvement aura lieu, l'heure est électrique, le temps est lourd et orageux, oui c'est une évidence, et tu auras beau prier ton Dieu ... "

 

"Fini les tons condescendants, et les conseils paternalistes, vos sourires narquois et tous vos traits d'humour racistes, vous ne pourrez plus vous afficher de dorures indécentes, vous gargariser des dividendes et jouir du fruit de vos rentes"

 

"Quand vous sonnerez la cloche, seul le silence vous répondra, vous maudirez votre petit personnel, et les traiterez d'ingrats, et nous, nous les bâtards, les repus et les déchets, nous, nous danserons autour du grand bûcher  de vos rêves déchus : le soulèvement aura lieu !"

 

 

Le son Deezer :


Vidéo "live" :
Repost 0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 14:32

J'ai longtemps hésité à mettre ici les "No one is innocent". La faute à une collaboration que je trouve hasardeuse avec Maurice G Dantec... Je me suis laissé convaincre par certains de leurs partisans et par quelques chroniques à l'occasion de la sortie de leur nouvel album "Drugstore" le 01/02/2011.

 

Vous pouvez les retrouver sous leur site officiel : link

 

Un premier extrait de ce groupe, "La  peur" (album "Gazoline" 2007). A l'approche des élections cantonales ... et présidentielles, une interrogation sur le bulletin de vote que l'on utilisera, vote utile? vote contestataire? En tout cas moi aussi je sais pour qui je n'irai pas voter ... je sais même pour qui j'irai voter : le candidat du front de gauche!

 

Paroles :

 

Ca va être dur, tu crois,
Entre untel ou celui-là,
Mais encore plus que le choix, on a surtout l'embarras.

On avance, on avance
Sans savoir où l'on va,
Par dépit, faut choisir pour contourner le pire.

Ca va être dur, je crois
Entre l'utile, le nécessaire,
Le geste futile ou le doigt contestataire.

On avance, peur au ventre,
En toute sécurité,
Mais si la peur fait bouger, elle fait rarement avancer.

Si la peur fait bouger, elle fait rarement avancer

Elle fait rarement avancer

Si la peur fait bouger, elle fait rarement avancer

Ca va être dur mais je sais déjà,
Ceux qui n'auront pas ma voix.
Ceux qui n'auront pas voix.

Ca va être dur, tu vois ,
Le même refrain répété
Chacun se la joue solo histoire de s'afficher.

On avance, ça balance,
C'est l'image avant tout,
La pensée est en berne quand le discours reste flou.

Ca va être dur, je vois
Dans le marc d'un café,
On n'y voit jamais plus clair que dans la boue des affaires.

On avance et méfiance
À l'approche de la date,
Au vote à réaction dans la dernière ligne droite.

Si la peur fait bouger, elle fait rarement avancer

Elle fait rarement avancer

Si la peur fait bouger, elle fait rarement avancer

Ca va être dur mais je sais déjà,
Ceux qui n'auront pas ma voix.
Ceux qui n'auront pas ma voix

On avance et méfiance
À l'approche de la date,
Au vote à réaction dans la dernière ligne droite.
Ca va être dur, tu crois,
Parce qu'au rythme où ça va.
Ca fait rarement avancer
Elle fait rarement avancer
Si la peur fait bouger,
Elle fait rarement avancer
Ca va être dur mais je sais déjà
Ceux qui n'auront pas ma voix
Ca va être dur mais je sais déjà
Ceux qui n'auront pas ma voix.
Ceux qui n'auront pas ma voix.

 

 

 

Le clip vidéo :

 

 

Repost 0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 10:48

Dédicace spéciale pour mes enfants ... "Mon père était tellement de gauche" ... suite et fin de la série sur les Fatals Picards. Extrait de leur album "Le sens de la gravité" (2009). Une chanson en mettre en parallèle avec "Rue Roger Salengo" de Juliette ( Rue Roger Salengro - Juliette - Vidéo et paroles ) !

 

 

 

Repost 0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 10:34

"Le sens de la gravité", album 2009 des Fatals Picards. Des services publics détruits sans plus aucune retenue, un mépris total des gens dans les rues, mais nous continuons de résister en menant des combats devenus ... trop ordinaires, mais nécessaires !

 

Site officiel du groupe : link

 

Paroles :

 

Le Combat Ordinaire

 
Huit heures par jour vissé à ma machine
Une vie transparente soudée à mon usine
La casquette de travers, j'avais la classe ouvrière
C'était toute ma vie, mon droit à la misère

Jusqu'à cette lettre qui dit encore merci
C'est ça ou RMI dans un faubourg de Varsovie
J'ai rien contre la Pologne à part peut-être un pape ou deux
Mais dans ma ville du nord le gris du décor est plus bleu

Mais je me connais je lâcherai pas l'affaire
Je vais piquet de grève comme on pique une colère
Plus têtu que tous les vieil homme et la mer
Pour que continue le combat ordinaire

Si mon vieux me voyait il serait fier de moi
Lui qui était communiste comme on porte une croix
S'il existe un Dieu pour les mineurs syndicalistes
J'espère qu'au paradis les anges sont un peu marxistes

Chez nous le chômage fait partie de la famille
Comme l'amiante, l'oubli, la silicose et les terrils
Quantités négligeables dont la vie ne tient qu'à un fil
Certains soignent la peur du vide à coup de 21 avril

Mais je me connais je lâcherai pas l'affaire
Je vais piquet de grève comme on pique une colère
Plus têtu que tous les vieil homme et la mer
Pour que continue le combat ordinaire

Moi je sais planter des clous
Moi je sais rester debout
Moi je sais souder à l'arc
Et moi je n'ai jamais le trac
Et moi je sais la peur du vide
Moi je n'ai pas pris une ride
Moi je sais toucher le fond
Et j'ai du charbon sur mon front
Et moi je sais lever le poing
Moi je n'oublie jamais rien
Moi je sais rester humain
Je sais toujours d'où je viens
Et moi j'ai le sens du combat
Moi j'ai des cals sous mes doigts
Moi j'ai toujours mes mains d'or
Moi je voudrai vivre encore
Et moi j'ai plus des 50 piges
Moi je n'ai jamais l'vertige
Moi je sais rester de glace
Devant le temps qui m'efface

Mais je me connais je lâcherai pas l'affaire
Je vais piquet de grève comme on pique une colère
Plus têtu que tous les vieil homme et la mer
Pour que continue le combat ordinaire.

 

La vidéo (mise en image) :

 

 

Repost 0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 12:11

 

 

Un des tubes du groupe "Les Fatals Picards", extrait de leur album "Pamplemousse mécanique" (2007). "La sécurité de l'emploi" est souvent l'argument qu'on nous sert pour nous expliquer qu'on a de la chance d'être fonctionnaire ... Sauf que ce sont des milliers d'emplois qui disparaissent chaque année dans la fonction publique, et le service public qui part avec, petit à petit ... Et un projet de réforme du statut des fonctionnaires qui risque encore d'aggraver la chose ...

 

 

Le site officiel du groupe : link

 

 

Une vidéo (montage avec paroles) :

 

 

 

 

 

Le son deezer :

Repost 0
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 19:37

 

 

 

Melissmell a sorti un très bel album le 17/01/2011 "Ecoute s'il pleut". Une de ces découvertes qui me ravissent (merci à la chronique de Didier Varrod à 7h24 le matin sur France Inter). On pourra reconnaître des influeunces de Saez, Ferré, Cantat, Janis Joplin ... mais c'est tout simplement une très forte personnalité, à ne pas manquer !

 

Un premier extrait de cet album avec une adaptation de notre marseillaise "Aux armes". Une réécriture sans concession et un très beau clip !

 

Son espace musical : link

 

Le clip officiel :

 

 


Le son (l'album est en écoute libre et intégrale) : 

Les paroles :

C’est la lutte finale

Un combat d’initiés

Sont les perdants qui gagnent

Nos dames émancipées

Les médias sous le roi

Mon peuple articulé

D’un pantin au long bras

Faut pas venir pleurer

 

Allons enfants de la patrie
Le jour de gloire est terminé
Entre nous deux, la tyrannie
Sous l'étendard, sang est levé

Entendez vous dans nos campagnes,
Mugir nos pauvres, de faim de froid?
Qu'ils viennent jusque dans vos bras,
Pleurer dans nos villes nos sarcasmes

Aux armes aux armes
Et cætera

Que veut cette horde de militaires
De traîtres et de rois conjurés?
Quand ils nous traînent, quand ils nous traitent
De cons, de braves, de pauvres français!

Quoi? Ces cohortes étrangères
Feraient la loi dans nos foyers?
Quoi? Nos flics, soldats, mercenaires,
Alors qu'on est tous étrangers !

Aux armes aux armes
Et cætera

L'État comprime et la loi triche
L'impôt se rit des malheureux
Nul devoir ne s'impose aux riches
Le droit du pauvre est un mot creux

Des preuves qui s’ramassent à la pelle
L'égalité n'existe pas
Pas de droits sans devoirs, dit elles
Égaux à la naissance parfois...

Liberté lie bêtes et chérit
Ceux qu'on la tune n'ont que l'odeur
Amour sacré de la patrie
Et la fraternité se meurt

Et la fraternité se meurt

Aux armes aux armes
Et cætera

C'est la lutte finale
Un combat d'initiés
Sont les perdants qui gagnent
Nos dames émancipées
Les médias sous le roi
Mon peuple articulé
D'un pantin au long bras
Faut pas venir pleurer...

Aux armes aux armes
Et cætera
Faites entrer l'accusé!

Repost 0
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 09:52

Une douce évocation des souvenirs d'une "coco" au gré du balade "Rue Roger Salengro". Touchant et mélancolique. Retrouver Roger Salengro, Maurice Thorez et Jacques Duclos dans une chanson de 2011 c'est suffisant rare pour être évoqué ici ! L'occasion de quelques rappels historiques sur ces personnages communistes ou socialistes de l'histoire politique française.

 

Roger Salengro : link

 

Maurice Thorez : link

 

Jacques Duclos (Le Haut Pyrénéen de la liste ! ) : link 

 

Encore un très album de Juliette "No parano" sorti en Janvier 2011.

 

Le site officiel avec les paroles de certains titres (dont  "Rue Roger Salengro" ) : link

 

La vidéo (répétition) de "Rue Roger Salengro" : link

 

Le son :

 

 

Bonne écoute !
Repost 0
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 13:41

Un cri de la cité et du monde prolétaire! Après une carrière en groupe, Brav se lance dans une carrière solo (plus d'infos sur lui :   link  ou son espace musical : link ).

 

Un titre "Prolétariat" qui commence par une déclaration de l'abbé Pierre à méditer que l'on soir croyant ou pas :

 

 

 

 

 

 

 

«Ceux qui ont pris tout le plat dans leurs assiettes, laissant les assiettes des autres vides et qui ayant tout, disent avec une bonne figure, une bonne conscience, nous, nous qui avons tout, on est pour la paix, qu'est-ce que je dois leur crier à ceux-là ? Les premiers violents, les provocateurs de toutes violences, c'est vous et quand le soir dans vos belles maisons, vous allez embrasser vos p'tits enfants avec votre bonne conscience. Au regard de Dieu, vous avez probablement plus de sang sur vos mains d'inconscients que n'en aura jamais le désespéré qui a pris des armes pour essayer de sortir de son désespoir» ... L'abbé Pierre 

 

 

Paroles :

 

Aucun de vous ne pourra dire le contraire, notre histoire est dans le mur
Je ne serais rien sans le Secours Populaire, c'est sur
À terre comme d'habitude, venu ber-ger l'amertume des prolétaires
Exclu, ici l'espoir s'épelle PMU
Issu des pauvres ma rancœur est légitime
Je suis aux bourgeois ce que les noirs sont aux skins
Aussi sincère que les paroles d'un alcoolique
J'évacue mon fardeau en remplissant des vers
Oublie l'amour, il n'y a pas de serrure à cette porte
«L'argent ne fait pas le bonheur», de peur que les clodos se révoltent
Comme le pouvoir d'achat, ma race en chute libre
Si la faim fait des déterminés, je chante encore le ventre vide
De force, ils maintiennent nos tête sous l'eau
Leurs Porsches débordent quand s'enlisent les minima sociaux
Prolo bien sur, nos portes sont closent
Les Restaurants du cœur sont le paradis des pauvres
De la France, j'en suis la face cachée
Résidents ou entassés dans d’immenses tess
Sans argent ou affamés, noyés dans les dettes
Constamment ignorés même si on mendie de l'aide
Je suis ce qu'ils appellent un déchet à qui on lance des miettes
Inexistant, méprisé, blanc, arabe ou nègre
Évidemment le décès c'est ce qu'ils nous souhaitent
Ils devraient s'en inquiéter
Prolétaire, marche ou crève

Prolétariat, des rats, des sous-hommes
Prolétariat, c'est ce que nous sommes
Prolétariat, rejetés par le reste du monde
Dans ces tours qui nous emprisonnent
Prolétariat, des braves, des bonshommes
Prolétariat, c'est ce que nous sommes
Prolétariat, méprisés par le reste du monde
On a appris à se relever seul

Bêtement ce monde est trop inquiétant
Les richesses dans les caisses de la France : c'est l'argent
Des ouvriers dans le sur-endettement
Je suis un prolétaire avec le sens de l'acharnement

Aussi vrai que mes semblables puent le désespoir
Chez nous la réussite c'est d'être smicard
Si l'argent nous fuit, l'huissier lui n'est jamais en retard
La misère c'est le fric des politicards
Tricard car français de souche brûlé
Mis à l'écart, je viens de la caste, de la caste des ouvriers
Mon quotidien en carence
Je viens du Havre où même la mer fait la Manche
Prolétariat pour eux t'es rien
Prolétariat, l'élite et les babouins
Aussi déconseillé que des chiottes publics
I'm prolétaire don't panik

Prolétariat, des rats, des sous-hommes
Prolétariat, c'est ce que nous sommes
Prolétariat, rejetés par le reste du monde
Dans ces tours qui nous emprisonne
Prolétariat, des braves, des bonshommes
Prolétariat, c'est ce que nous sommes
Prolétariat, méprisés par le reste du monde
On a appris à se relever seul

Les courses se résume en aide :
RMI, RSA, APL, CMU, CAF, ANPE, ABI,
[...] LCR, CGT, SDF, SOS en feux de détresse
Je mène le même combat qu'Henri Grouès

Des cafards comme colocataires
Ma race est celle d'en bat
Qui dans les galères se moque
Crève par terre, crois moi
Frère pas de fresh, pas de droits
Leurs salaires fait notre poids
J'étais précaire bien avant de faire du pe-ra
Ce n'est pas des waters mais bien nos HLM
APL comme partenaire
Notre trou à rat, à ras de terre
Aucun remède, prolétaire ou indigènes
Habitués des dettes, l'argent n'a pas d'odeur
Merde ! Mes mains elle sentent la merde
Mais le ventre à terre, je resterais déter
Venu faire des inégalités : ma guerre
Donne moi un beat, que je dynamite leurs gratins
Donne moi une arme et je te fais de l'art contemporain
Le macadam est dans ma peau, mes blessures le confirme
Né pauvre, je suis ghetto depuis l'époque d'Alpha Blondy
Qui a les crocs ? a des excuses solides ?
La faim justifie le braquo, Brav' Cohn-Bendit

Prolétariat, des rats, des sous-hommes
Prolétariat, c'est ce que nous sommes
Prolétariat, rejetés par le reste du monde
Dans ces tours qui nous emprisonne
Prolétariat, des braves, des bonshommes
Prolétariat, c'est ce que nous sommes
Prolétariat, méprisés par le reste du monde
On a appris à se relever seul


Repost 0
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 14:21

Tout est dit dans le titre !

 

Un extrait du deuxième album "En vers et contre tout" (2009) du groupe "Les Sarkofiotes" en écoute libre sur leur site : link

 

 

Repost 0
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 10:39

Les Colporteurs ont en commun avec moi des origines paysannes. Leur dernier titre, "Les saigneurs", fait la critique de la main mise des grands groupes distributeurs des produits alimentaires sur la majorité de nos agriculteurs. Il dénonce aussi forcément les travers de la politique agricole européenne et française.

Un regard plein de tendresse sur un monde rural en voie de disparition ! La politique agricole est aussi un terrain de luttes, des paysans résistent, aidons les!

Encore un très beau titre! Merci à vous les voisins tarbais !

 

 

Leur espace musical :  link
Les paroles :

C'était pas coton de quitter ses moutons,

ses poules et ses vaches son bel horizon,

c'était pas coton c'est même un peu con,

sous ses bras sa vie dans de vieux cartons

 

ces messieurs te disent ,coupe ton verger

arrache ta vigne et brade ton lait

ces messieurs te disent ton lait coute cher

leclerc connait bien le prix de la misère

 

Mais qu'est ce qu'elle a donc fait la petite hirondelle

nous lui donnerons trois petits coups de bâton

 

alors un matin elle arracha ses arbres ,

ouvrit son étable fit courir son lait

alors un matin elle quitta ses moutons

ses poules et ses vaches son bel horizon

 

elle partit en ville chercher du turbin ,

la terre est trop dure quand on n'a que deux mains

elle partit en ville c'est pas bien malin

leclerc connait bien le prix de la faim

 

Mais qu'est qu'elle a donc fait la petite hirondelle

auchan lui donnera de p'tits coups de bâton

 

elle racle les sols ou plus rien ne pousse

elle remplit les seaux ,elle vide les mousses

elle pense à son lait qui filait dans la terre

elle pense à sa vie qui part a l'envers

 

c'est toujours pas coton de gagner sa pitance

de nourrir ses lardons et de vivre en france

elle qui ne pouvait plus vendre son lait

ne sait plus maintenant comment le payer

 

Mais qu'est ce qu'elle a donc fait la petite hirondelle

carrefour lui donnera de petits coup de bâtons

 

parfois les soirs d'été sur le périph austère

elle les voit défiler pour chercher le bon air

d'une campagne amère d'une France en jachère ,

ou ne pousse plus que les fruits le la colère

 

autour de chez elle la grande distribution

exhibe ses enseignes déroule le poison

ce sera pas coton de vieillir sans ses moutons

ses poules et ses vaches son bel horizon


Repost 0
Published by francisco65 - dans Les colporteurs
commenter cet article

Catégories