Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le cinquième soleil ... c'est pour quand ? des chansons engagées pour la lutte ...
  • Le cinquième soleil ... c'est pour quand ? des chansons engagées pour la lutte ...
  • : L'alternance en 2012 : ratée pour le moment !! Et si une vraie alternance pouvait encore se construire sur les bases d'un nouveau monde? on peut rêver et lutter un peu pour ça, non? Des chansons engagées d'hier et d'aujourd'hui, des billets d'humeur peut être, des liens à consulter ... Ici pas de blabla mais du son! N'hésitez pas à me laisser vos propositions de titres et d'artistes!
  • Contact

Des chansons engagées ...

 

Des chansons engagées !

Un petit voyage dans l'univers des chansons dites engagées, des chansons d'hier et d'aujourd'hui, de tous les styles.

Des témoignages, des cris du coeur, des messages ...

Je ne suis pas forcément d'accord avec tout les textes évoqués ici mais il existe des milliers de blogs pour débattre sur des idées, j'espère juste qu'un jour quelqu'un passera ici et découvrira un auteur, un texte, et que sa vision des choses en sera un peu changée! Parce que les chansons sans être un art changent parfois une vie, font couler une larme, ou provoquent une émotion... et nous accompagnent lors de nos luttes ! 


Pour en savoir un peu plus sur l'esprit de ce blog, je vous invite à écouter ces deux textes de Keny Arkana (le cinquième soleil : et si tout était encore possible pour 2012 ... Keny Arkana, cinquième soleil  et la rage : Keny Arkana : La rage )

Bonnes luttes à vous et bon voyage dans ce blog!


Vous pouvez me retrouver sous facebook au profil suivant :


link

Recherche

14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 19:03

40 ans après Mai 1968, Abd Al Malik actualise le Paris Mai de Claude Nougaro. Chanson en forme d'hommage à celui qui a peut être été (sans le savoir) un des premiers rappeurs francais!

 

Lien vers l'article "Paris Mai" de Claude Nougaro : Paris Mai - Nougaro - Paroles, vidéo et son

 

Extrait issu de l'album "Dante" (2008).

 

Vidéo (Abd Al Malik chante Paris mais ... en live) :

 

 

Le son :
Les paroles :

Leurs cœurs goudronnés étaient doux comme de l'airain,
La Seine les purifia sur le canal St Martin.
Le soleil ne séchera pas les larmes d'Augustin,
Parisiens, Parisiennes contre l'inertie du quotidien.
La rue voulut me laisser raide sur le bitume,
Mais j'ai toujours un feu dont j'ai fait "pan" avec ma plume.
Une fois morte j'ai bien vu qu'elle n'était point belle,
Un bouquet de revolvers sur sa tombe c'est l'amour à l'envers.

Mais, mais, mais, Paris, mais, mais, mais, mais, Paris !

Puis je me dépêtrai du marasme,
De mon histoire.
Parce que je suis maigre,
Je pourrai grossir en actes méritoires.
Ce fut moins une, mais j'ai pu prendre mon envol,
Tel un notorious B.I.G. mais façon nouga-york.

Mais, mais, mais, Paris, mais, mais, mais, mais, Paris !

Et je te prends Paris dans mes bras trop frêles,
Dansant un HLM tango afin que tu m'aimes.
Notre couple drôlement assorti fait peur aux enfants,
Mais ils comprendront bien, eux, lorsqu'ils seront grands.
Ta beauté m'éblouit de toutes les couleurs,
Donc je manie les subjonctifs séducteurs.
Je Malcom X tes banlieues où mon cœur domicile,
En aimant tous les êtres parce que j'aime donc j'existe.

Mais, mais, mais, Paris, mais, mais, mais, mais, Paris !
 
La cité du neuhof a été ma Sorbonne,
Donc j'écris sur elle comme le Camus ou le Brel d'Olivier Todd.
Si je deviens pompeux comme une certaine ville sur Seine,
Je prendrai mes quartiers dans le 18ème.

Mais, mais, mais, Paris, mais, mais, mais, mais, Paris !
 
On m’traitait de racaille, moi qui lisait Sénèque,
Faut se méfier de ce qu'il y a sous la casquette de certains mecs.
Et, les gars, est-ce ma peau qui détermine ?
Car dedans mon cœur est comme le vôtre, il sublime.
Je me répands sur le jardin du Luxembourg,
Qu'est donc advenu pour que ne fleurisse plus l'amour ?
On pleure plus sur soit que sur les autres, c'est comme ça,
Mais la fin des autres c'est le début de son trépas.


Mais, mais, mais, Paris, mais, mais, mais, mais, Paris !
 


Et j'enfile le manteau de la volonté de savoir,
Quand la haine chante ça ressemble au corbeau qui croasse.
Ces jours-ci je sais que tu ne sais plus vraiment qui croire,
Toutes ces lumières veulent t'éteindre, faut croire.

Mais, mais, mais, Paris, mais, mais, mais, mais, Paris !
Mais, mais, mais, Paris, mais, mais, mais, mais, Paris !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Catégories